• Nancy : Fraternités N. Dame du chêne et Jean-Joseph Lataste
  • Strasbourg : fraternités Pierre Claverie et Jean Tauler, groupe fraternel S. Catherine de
    Sienne
  • Groupe fraternel Henri Lacordaire en ligne
  • Saint Louis : Un groupe (coordonnée par une l.o.p. engagée) qui se rapproche et se cherche
    dans l’esprit de S. Dominique (5 réunions dont 4 par zoom depuis octobre 2020)

APRÈS UN AN DE PANDÉMIE

En mars 2020 la pandémie nous a figés dans une situation difficile : un responsable
immobilisé tantôt à l’hôpital tantôt chez lui (opération aux jambes), un autre confiné
en Allemagne (Karlsruhe), une 3 ème en Belgique, beaucoup de membres âgés peu
enclins à se connecter via zoom ou un autre système… : tout était vraiment mal
engagé. Deux décès -non liés à la covid- ont encore assombri l’atmosphère.

11
En fait les fortunes ont été diverses, certaines fraternités parvenant à maintenir
davantage de vie que d’autres mais les liens au moins individuels ont pu être
maintenus.
Au niveau régional, le Fr. Patrick Dominique et moi-même avons adressé à tous un
courrier à l’approche de la S. Dominique dont voici de larges extraits qui font le point
après le 1 er confinement :

L’année 2020 restera une année très particulière avec son
confinement inédit qui semblait impossible il y a seulement
quelques mois. Nous avons dû « restez chez nous » ! Qu’y
avons-nous fait ? Ce temps a-t-il été l’occasion pour nous de
prendre le temps de vivre une intimité plus grande avec le
Seigneur ? En avons-nous profité pour lire la Parole de
Dieu ? Ce temps a-t-il été un temps de mûrissement pour
notre mission commune : l’annonce de l’Évangile ? Il y a un
temps pour tout : un temps pour parler et un temps pour se taire… Si nous ne
prenons pas le temps du silence, de la prière, de la méditation de la Parole de Dieu,
de l’intimité avec le Dieu vivant, comment pourrait-on imaginer avoir quelque chose à
dire à notre monde ? Quelque chose : on peut toujours dire quelque chose, mais dire
la parole qui va toucher au cœur la personne qui ne connaît pas le Christ, ce n’est
pas dire

quelque chose sur Dieu, c’est dire la Parole qui est Dieu. La
prédication demande de la préparation, toute une vie de
préparation, toute une vie pour vivre de la Parole, et laisser
le Verbe vivre en nous. Nous allons très bientôt fêter NP
Saint Dominique, que son souvenir nous encourage à mener
le bon

combat, celui de la prière fervente pour laisser Dieu être Dieu en nous. Pour achever
ce court message je laisse la parole à un de nos frères St Louis Bertrand :
Que cette charge de prédicateur soit sublime, on la voit à la préparation qu’elle
exige. Pourquoi donc t’étonner, mon frère, si ton enseignement ne porte pas de fruit,
alors que tu viens prêcher non en quittant le désert, mais le vacarme de ton âme,
non les familiers de la vertu, mais ceux de l’orgueil ? Tu dois venir du désert pour
être un bon prédicateur…/… Si tu ne viens pas du désert, ta prédication ne portera
Notre Dame du Chêne, Nancy,
Pour un temps de refondation (1)

12
pas de fruit. Et parce que tu as bien la voix de Jacob, mais les mains d’Esaü, efforce-
toi de devenir un bon prédicateur en recherchant la prière, la retraite et la solitude,
sans quoi tu ne pourras pas obtenir la récompense des bons prédicateurs. (…)
Fr Patrick-Dominique Linck, o. p.

Certes notre mission dominicaine commence à la maison et dans nos proches
relations. Nous pouvons toujours approfondir aussi notre vie de prière et d’étude ;
nous l’avons fait et continuons à le faire, sûrement. Néanmoins, à la suite de S.
Dominique, même si ce n’est pas vers de lointains Cumans qu’il n’a d’ailleurs jamais
atteints, nous nous pensons envoyés « ad extra », aux frontières comme on dit
aujourd’hui ; beaucoup d’entre nous vivent leur mission dominicaine dans de
nombreux engagements qui vivifient aussi ceux qui, pour des raisons d’âge, de santé
ou autre, ne peuvent en exercer directement…
Et voici que nous sommes comme paralysés, nos agendas vidés (…)
La plupart de nos fraternités ont certes pu se réunir une fois après le 11 mai et le
groupe fraternel Lataste a même pu maintenir sa retraite à Orbey, vécue dans un
certain enthousiasme semble-t-il, bien propre à porter un heureux démenti à mon
présent propos, malgré l’absence de certains et notamment de Régis, leur
responsable, hospitalisé suite à une mauvaise chute à son domicile.
Mais nous n’avons pas organisé la rencontre régionale initialement prévue pour fin
juin et il n’y a pas eu non plus de Conseil Régional depuis le 8 février. (…)
Je reste habité par une récente homélie du Fr. Marcel Sigrist (couvent de
Strasbourg) commentant Mt 11, 25 : Père, Seigneur du ciel et de la terre,
je proclame ta louange, ce que tu as caché aux sages et aux savants… :
Jésus vient de prêcher sans succès à Chorazin, Bethsaïde, Capharnaüm
et voici qu’immédiatement après, l’Évangéliste nous le montre dans l’intimité du
Père, tournant sa déception et son amertume en une prière de louange… : quel bel
appel à vivre notre vocation chrétienne autrement que dans la crainte, la critique ou
l’immobilisme. (…)
Pierre Dussère
(1) Icône de Notre Dame du Chêne

13
C’est à Nancy, en 1843, que le Père Henri-Dominique Lacordaire restaure en France l’Ordre des frères
prêcheurs. Les frères installés dans une chapelle provisoire depuis leur arrivée décident, en 1861, avec l’accord
du Père Lacordaire de construire une église conventuelle dans le style néo-gothique. Depuis ce temps, les frères
y chantent les offices et y célèbrent la messe sans interruption sinon celle due aux expulsions. 
L’église conventuelle abrite la copie de ND de la Quercia (Viterbe) peinte par Jean-Baptiste Besson, artiste
peintre, ami de Lacordaire entré dans l’Ordre sous le nom de frère Hyacinthe Besson et qui fut prieur du couvent
de Nancy. L’original de ce tableau se trouve à Viterbe, couvent de noviciat du Père Lacordaire. Celui-ci avait fait
le vœu de déposer une copie de cette Vierge à l’enfant dans le premier couvent de la restauration. 
(site du couvent des Dominicains de Nancy)

Surtout, certains d’entre nous ont pu mettre en œuvre de beaux moments de
communication :

  • A Nancy, une action impressionnante sur le thème être chrétien en temps de
    pandémie : une réunion en présentiel, 3 vidéos sur youtube 1 et, maintenant une
    publication d’une quarantaine de pages à trois mains
  • La groupe de S. Louis a assuré l’animation d’une rencontre de Carême dans la ville
    (qui a pu être enregistrée)
  • A Strasbourg a été organisée la rédaction pour tous d’un bulletin régional pour Noël
    sur le thème de la Visitation (33 pages, une douzaine de contributaires, document
    disponible sur demande)