Le dialogue avec nos frères juifs me rend plus chrétienne

Le dialogue avec nos frères juifs me rend plus chrétienne

et peut-être même plus dominicaine ! Plus chrétienne certainement. Tous ceux qui s’engagent dans le dialogue interreligieux savent combien la rencontre de l’autre est une école de purification de la foi, qui nous oblige à nous décentrer de nous-même pour nous mettre à l’écoute de l’autre. C’est ce que montrait si bien le fr. Chrys McVey op, d’heureuse mémoire, qui…

Un Cercle de Silence à la Défense

Un Cercle de Silence à la Défense

Autour de 10.000 anonymes se réunissent chaque mois en France, dans environ 180 Cercles de Silence, parmi lesquels s’investissent des laïcs dominicains. En octobre 2007 à Toulouse, le frère franciscain Alain Richard initie cette forme d’expression citoyenne pour dénoncer les atteintes à l’humanité des sans-papiers et à celle des exécutants d’ordres incompatibles avec leur propre dignité. Le cercle et le…

Ni partir, ni se taire

Ni partir, ni se taire

Telle est l’exigeante ambition de la CCBF à laquelle adhèrent plusieurs laïcs dominicains. La Conférence Catholique des Baptisé-e-s Francophones est née en octobre 2009, conçue comme un espace d’opinion publique qui encourage la prise de parole des baptisés. Elle se décline en une vingtaine de groupes régionaux (France, Belgique, Suisse, Canada). Une charte partagée par les adhérents définit sa vocation…

Pourquoi est-ce important pour nous ?

Pourquoi est-ce important pour nous ?

Les laïcs ne perçoivent pas toujours bien en quoi consiste Justice et Paix … L’esprit de J&P En effet, il ne s’agit pas d’une « chose » à faire, mais d’un état d’esprit permanent dont le but est la paix et le moyen la justice. Ce n’est donc pas un chantier de travail, défini par un champ précis, au périmètre identifié, mais…

Le laïcat vu par le Frère Bruno Cadore, ancien maître de l’ordre.

La règle des fraternités laïques dominicaines adoptée en 1985 à Montréal s’inspire largement de l’esprit du concile Vatican II qui traite à plusieurs reprises des laïcs dans l’Eglise. Lumen gentium (1964), Gaudium et spes (1965) ou le Décret sur l’apostolat des laïcs (1965) l’énoncent : « Parmi les disciples du Christ, les hommes et les femmes qui vivent dans le monde participent par leur baptême et leur confirmation à la mission royale, sacerdotale et prophétique de Notre Seigneur Jésus-Christ ».

En 2010, le frère Bruno Cadoré, prieur de la Province de France, s’adresse aux laïcs dominicains pour les enjoindre d’être au monde afin d’ « évangéliser la Parole de Dieu », en se faisant « amis des hommes ». Un appel à aimer le monde, à « estimer l’intelligence humaine qui s’y déploie » dans une « conversation à la recherche humble de la vérité », aimer le monde dans ses richesses et ses fractures et y entendre les exigences de la justice sociale sans laquelle il ne peut y avoir de paix, aimer le monde en partageant la vie, les joies et les souffrances des gens.

Devenu Maître de l’Ordre, il adresse en 2013 à l’ensemble de la famille dominicaine un ensemble de réflexions à propos des laïcs, une véritable feuille de route dont voici quelques points :

« Dominique avait observé de profonds changements dans la société féodale, dans les manières de vivre de l’Eglise et dans l’organisation des sociétés et des villes. Des groupes de laïcs invitaient l’Eglise à bouger, à oser s’aventurer hors des structures trop établies et trop rigides. Dans un choix distinct de la vie religieuse, ces « pauvres » associaient une présence humble dans le monde, une parole vivante prêchée comme une bonne nouvelle et une certaine radicalité de leur mode de vie.

Les laïcs dominicains, « envoyés pour prêcher l’Evangile » sur le mode de la fraternité, permettent à l’Ordre de remplir plus pleinement sa mission. La richesse de la prédication des laïcs s’enracine en effet dans leur expérience de la vie familiale et professionnelle, de la parentalité et de l’immersion dans des milieux qui ne partagent pas la même foi et, souvent, n’en ont pas le désir. La complémentarité de la prédication des laïcs, des frères ou des sœurs engagés dans la famille dominicaine sous la forme de la vie consacrée est une conséquence de la complémentarité de l’expérience de la vie humaine.

Les laïcs dominicains enrichissent la manière dont l’Ordre doit, jour après jour, apprendre à « aimer le monde », pas seulement par des analyses fines et pertinentes, mais en se rendant vulnérable aux diverses expériences que font les membres de la famille dominicaine, la Bible dans une main, un journal dans l’autre, comme aimaient à dire nos anciens. Au sein de l’Ordre, la présence des laïcs rappelle aux autres membres que les laïcs dans l’Eglise ne sont pas d’abord destinataires de la prédication, de l’évangélisation et de la pastorale, mais appelés à en être les acteurs, déployant de manière créative une prédication qui tienne ensemble le témoignage lisible et la parole explicite. Ils rappellent à tous qu’une intuition évangélique comme celle de Dominique ne peut être réduite à sa traduction dans la vie consacrée.

L’Ordre des prêcheurs a le devoir de promouvoir le charisme des laïcs pour l’évangélisation et de manifester qu’il en va de la constitution même de l’Eglise, par l’intégration des laïcs dans une seule communion dominicaine.

Les horizons de l’évangélisation ne peuvent plus être définis en l’absence d’une solide conversation entre tous, laïcs, ministres et personnes consacrées, portant une attention particulière à l’expérience et au désir missionnaire des laïcs. L‘Ordre des Prêcheurs me semble donc tout spécialement appelé à intégrer dans la dynamique de sa mission une attention prioritaire à la promotion de la vocation laïque à porter l‘Evangile dans le monde. »

Des hommes et des femmes d’aujourd’hui

Des hommes et des femmes d’aujourd’hui

Les laïcs dominicains sont des baptisés, célibataires ou mariés, inspirés par l’esprit de saint Dominique et portés par le souffle de Vatican II. Ils constituent une branche de la famille dominicaine. Regroupés en fraternités, ils cherchent à témoigner de l’Évangile et se sentent appelés à le faire en suivant l’exemple de Dominique, un homme vraiment évangélique qui était passionné de Dieu dans l’ardeur de…

Vie de Saint Dominique

Né au cœur du Moyen Âge, Dominique de Guzmán est une figure incroyablement moderne. 1170 : Dominique de Guzmán nait dans  une famille riche, à Caleruega en Castille, Espagne. Destiné à la prêtrise par ses parents, il étudie la théologie à l’université. Esprit attentif il prend goût à l’étude. Esprit curieux il se sent puissamment porté vers les autres. Esprit entreprenant,…

Pourquoi suivre saint Dominique ?

Tout baptisé est appelé par le Christ, mais cela n’impose pas de quitter la vie laïque, le mariage, la famille, les obligations sociales et professionnelles. C’est l’expérience proposée par les fraternités. Si un appel suppose une rencontre, après celle du Christ, il peut y avoir celle de Dominique, un homme de la Parole de Dieu entendue, lue, étudiée, méditée, priée…